Accueil Chercher Calendrier

 

Calendrier Rechercher S'enregistrer


Calendrier 
Evénement du calendrierCalendrier
Sam 22 Jan 2022
Dim 23 Jan 2022
Lun 24 Jan 2022
Mar 25 Jan 2022
Mer 26 Jan 2022
Jeu 27 Jan 2022
Ven 28 Jan 2022
 Niveau moyen des archers français
Aller à la page 1, 2  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Integralsport - Le forum du tir à l'arc depuis 2001 Index du Forum -> Les archers
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
DompailHors ligneniveau 3

MessageVen 03-12-2021, 12:32
Répondre en citant

En consultant par hasard les résultats archivés de quelques compétitions françaises à 70 m, championnats de France et régionaux, j’ai été surpris de constater que les trois quarts des participants affichaient un score en qualification inférieur, voire très inférieur, au simple niveau de la flèche d’or (280 points par manche).
On pourrait en imputer la faute à de mauvaises conditions météorologiques mais il faudrait en déduire que toutes les compétitions hexagonales depuis des années se déroulent systématiquement sous la pluie et par grand vent et que seuls quelques archers parviennent à dépasser les 600 points (et heureusement parfois bien plus pour le peloton de tête).
Est-ce parce que nous sommes si moyens que nous avons inventé un « fédéral à 50 m sur blason de 122 », des distances raccourcies à 60 m pour les plus de 60 ans ?
Faut-il aller plus loin pour s’assurer la présence de compétiteurs durant les week-end de la saison ? Par exemple, en agrandissant la taille des blasons pour les français (200 au lieu de 122) ou en ajoutant 1 flèche joker à chaque volée de 6 ?!
Je ne sais pas si cet engouement pour la compétition à tout prix est une spécificité française ou s’il s’agit de la norme… Faut-il tenter d’élever le niveau moyen des archers français (comment ?!) ou continuer d’aménager à la baisse les standards internationaux pour que le plus de monde possible vienne tirer ses 72 flèches les week-end de printemps ?!
Ma remarque n’a rien d’élitiste, je n’ai que cinq ans de pratique, mais je vois bien comme notre sport est enseigné ou du moins du peu d’enseignement qui m’a été délivré.
Quelques cours de dégrossissage la première année, à 12 ou 15 derrière une ligne de tir, une fois par semaine, et hop « maintenant débrouille-toi » et vite déjà les premières compétitions de débutants.
Je constate que beaucoup de tireurs de haut niveau allemands, néerlandais, anglais, américains, communiquent et nous font profiter en vidéo et parfois à l’écrit de leur expérience.
En France, on a la série « Visez juste » Rolling Eyes
Qu’il s’agisse de réglages, de choix de matériel, de technique de tir, la quasi-totalité des informations écrites pertinentes que j’ai pu trouver en français l’ont été sur Integralsport (encore merci à tous les contributeurs). Malheureusement, coté vidéo, mieux vaut parler couramment anglais…
Beaucoup d’entre vous ici enseignent ou ont enseigné par le passé, que pensez-vous de cette situation ?
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur 
k'weitHors ligneniveau 4
Avatar
Age: 43
Annecy
Arme(s): Classique

MessageDim 05-12-2021, 11:23
Répondre en citant

Hello

Citation:
Est-ce parce que nous sommes si moyens que nous avons inventé un « fédéral à 50 m sur blason de 122 »

Alors c'est assez historique.
Avant le 2X70m, y'avait le FITA 4 distances: 90/70/50/30 pour les hommes et 70/60/50/30 pour les femmes (je parle des adultes) 790/70/60 sur 122 et 50/30 sur 80
A l'époque, il y' avait le fédéral qui était un demi FITA: 50 et 30m sur 80
Au passage du 2x70m à la place du 4 distances début 90's, la fédé a décidé de remplacer le 50/30 sur 80 par 2X50 sur 122 pour "préparer" au 2X70.
Perso, mauvaise idée (c'est que perso) car ça a enlevé la possibilité à des débutants ou ceux qui ont peur d'aller à 50m. Le 30m était bien pour les rassurer.
Et puis quand tu sors pas du jaune à 50m (pour ceux qui y arrivent), bcp ne veulent pas se tenter à 70

Citation:
des distances raccourcies à 60 m pour les plus de 60 ans ?

Je crois que c'est ainsi en international

Citation:
Par exemple, en agrandissant la taille des blasons pour les français (200 au lieu de 122) ou en ajoutant 1 flèche joker à chaque volée de 6 ?!

Dans ce genre de cas, on va sortir des sentiers du tir façon World Archery. D'ailleurs la WA a + l'idée de réduire les blasons que les agrandir.
Ensuite, 200 en taille de blason, ça demande une + grande taille de paillons qui n'existe pas ... et ça serait que pour le marché français (je parle de fabricant de paillons...)

Le but de la fédé est clairement d'emmener les archers vers le 2X70m, ça a été débattu pleins de fois (les archers parcours se sentant délaissés... même si le BB va être reconnu en tir cible bientôt)

Pour l'enseignement, (je suis E1), faut arriver à motiver les troupes pour aller en compétitions, et pour n'importe quel type de compétitions, même salle.
Il faut un engouement et que l'entraîneur encadrent ses archers en compétition aussi. Après faut aussi le temps pour l'entraîneur de s'entraîner (ce qui est mon cas) donc des fois c'est pas simple. Sinon faut plusieurs entraîneurs et tourner ...
Pour moi (et avis perso), si l'entraîneur ne motive pas les troupes, les accompagne en compétition, c'est pas simple d'avoir des archers en compétition.
Je connais des clubs où y'a bien des dizaines d'archers et seulement une petite poignée en compétition
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur 
DompailHors ligneniveau 3

MessageDim 05-12-2021, 13:02
Répondre en citant

k'weit a écrit:
Citation:
Par exemple, en agrandissant la taille des blasons pour les français (200 au lieu de 122) ou en ajoutant 1 flèche joker à chaque volée de 6 ?!

Dans ce genre de cas, on va sortir des sentiers du tir façon World Archery. D'ailleurs la WA a + l'idée de réduire les blasons que les agrandir.
Ensuite, 200 en taille de blason, ça demande une + grande taille de paillons qui n'existe pas ... et ça serait que pour le marché français (je parle de fabricant de paillons...)

Je plaisantais Very Happy
k'weit a écrit:
Le but de la fédé est clairement d'emmener les archers vers le 2X70m, ça a été débattu pleins de fois (les archers parcours se sentant délaissés... même si le BB va être reconnu en tir cible bientôt)
Pour l'enseignement, (je suis E1), faut arriver à motiver les troupes pour aller en compétitions, et pour n'importe quel type de compétitions, même salle.
Il faut un engouement et que l'entraîneur encadrent ses archers en compétition aussi. Après faut aussi le temps pour l'entraîneur de s'entraîner (ce qui est mon cas) donc des fois c'est pas simple. Sinon faut plusieurs entraîneurs et tourner ...
Pour moi (et avis perso), si l'entraîneur ne motive pas les troupes, les accompagne en compétition, c'est pas simple d'avoir des archers en compétition.
Je connais des clubs où y'a bien des dizaines d'archers et seulement une petite poignée en compétition

Mais justement, c'est un peu là où je voulais en venir... Ne vaudrait-il pas mieux que les archers apprennent un peu plus à tirer avant d'enchainer les compétitions ?!
Peut-on s'inscrire aux championnats de France de natation quand on ne pratique que la brasse et la planche ?
Je ne comprends plus trop l'intérêt de se mesurer un week-end sur deux à d'autres archers juste pour s'assurer qu'on est juste un peu moins ou un peu plus mauvais qu'eux Sad
OK, l'essentiel c'est de participer...
A mon avis, mieux vaudrait miser sur l'amélioration de la qualité de l'apprentissage que de vouloir coller tout le monde en compétition après 10 séances d'initiation.
Je me demande même dans quelle mesure cet engouement n'est pas totalement contreproductif pour beaucoup de débutants. S'agissant d'un sport individuel, mieux vaut peut-être prendre le temps d'apprendre avant de vouloir se mesurer aux autres.
Quitte à devoir "motiver ses troupes et à les encadrer", plutôt que d'enchainer des week-end à tirer 72 ou 60 flèches en compétition, beaucoup d'archers en formation auraient beaucoup à gagner à utiliser prioritairement ce temps pour améliorer leur tir, à apprendre à tirer. Autrement dit, apprendre à faire la planche, à nager la brasse, puis le crawl, puis le dos crawlé, la brasse papillon, etc... avant de s'inscrire à un championnat de France de natation.
Mais il est vrai que la natation apparait plus dans l'esprit des gens comme un sport alors que le tir à l'arc semble se cantonner à celui d'un jeu. Quand je constate que sur plus de 330 inscrits à une compétition nationale, près de 270 n'atteignent pas le score minimum d'une flèche de niveau, je pense effectivement que c'est le cas.
Si "le but de la fédération est clairement d'emmener les archers vers le 2X70m", peut-être faudrait-il qu'elle partage avec tous, à l'écrit et en vidéo, l'enseignement de qualité qu'elle prodigue aux seuls archers de haut niveau parce que ce n'est pas avec la série "Visez juste" qu'on amènera du monde en FITA ext.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur 
k'weitHors ligneniveau 4
Avatar
Age: 43
Annecy
Arme(s): Classique

MessageLun 06-12-2021, 9:32
Répondre en citant

Citation:
Mais justement, c'est un peu là où je voulais en venir... Ne vaudrait-il pas mieux que les archers apprennent un peu plus à tirer avant d'enchainer les compétitions ?!

Ah ça .... les coréens ne touchent pas l'arc pendant la 1ère année d'apprentissage

Citation:
Peut-on s'inscrire aux championnats de France de natation quand on ne pratique que la brasse et la planche ?

Alors en tir à l'arc, la qualif aux France se fait par classement. Donc n'importe quel archer peut se pré-inscrire mais de là qu'un newbie de 2 ans puissent se qualifier ...

Citation:
A mon avis, mieux vaudrait miser sur l'amélioration de la qualité de l'apprentissage que de vouloir coller tout le monde en compétition après 10 séances d'initiation.

Ca je suis d'accord mais dans notre culture à la française, on veut tout tout de suite ...
Et si on veut que les jeunes se motivent, souvent c'est pas la compétition et ils en sortent fiers (enfin tout dépend comment ça se passe et comment ils sont encadrer).

Citation:
Quand je constate que sur plus de 330 inscrits à une compétition nationale, près de 270 n'atteignent pas le score minimum d'une flèche de niveau, je pense effectivement que c'est le cas.

Tu parles de quelle discipline et catégorie? en effet, ça paraît un peu bizarre ... Ensuite si c'est chez les poussins, c'est normal lol
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur 
BigloofHors ligneniveau 3
Age: 65
Périgueux
Arme(s): Toutes (BB en principal)

MessageLun 06-12-2021, 12:25
Répondre en citant

Dompail a écrit:
des distances raccourcies à 60 m pour les plus de 60 ans ?

Il s'agit d'un alignement sur les catégories Masters internationales.

Le niveau des compétitions traduit le niveau des pratiquants qui n'est probablement pas aussi fort que nous aimerions.
Restreindre les compétiteurs en fonction des performances est le sens des quotas dans les championnats.

Comparer avec le niveau international n'a de sens qu'à l'international et se traduit par les minimas exigés sur certaines compétitions (JO ...).

Je pense par contre que la flèche d'or n'est probablement pas établie pour servir de minima aux compétitions
Il est probable que cette flèche d'or soit obtenue par assez peu de compétiteurs dans l'état actuel du TA en France, ce qui en fait une distinction forcément prisée mais pas un passage obligé pour participer aux compétitions a contrario de la flèche jaune dans beaucoup de clubs.

Tout ceci n'est pas contradictoire avec le besoin d'améliorer les capacités de formation des tireurs.
Je suis d'ailleurs surpris de constater qu'il n'y a pratiquement pas de tireur de haut niveau à l'étranger et même en France qui pratique selon la méthode fédérale reprise dans les ouvrages de la FFTA.
Il est à noter que pas mal de formateurs dans les clubs sont restés sur des méthodes anciennes (tir sans viseur au début, aucun travail sur les alignements ...).
De là à travailler comme les coréens il y a une grande différence et une impossibilité dans nos cultures européennes.

Mis à part ces coréens, la plupart des performances sont faites par des individualités beaucoup plus que par un système ou une méthode de formation.
Mêmes chez les coachs, il n'y a pas de méthode universelle qui s'impose à tous. les compétitions internationales sont remplies d'archers avec des styles différents qui sont efficaces et accèdent régulièrement aux podiums.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur 
DompailHors ligneniveau 3

MessageMer 08-12-2021, 12:08
Répondre en citant

Bigloof a écrit:
Je suis d'ailleurs surpris de constater qu'il n'y a pratiquement pas de tireur de haut niveau à l'étranger et même en France qui pratique selon la méthode fédérale reprise dans les ouvrages de la FFTA.

Et à partir de quel moment s'interroge-t-on sur la validité d'une méthode qui permet au mieux de rester sur des niveaux très moyens ?!
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur 
BigloofHors ligneniveau 3
Age: 65
Périgueux
Arme(s): Toutes (BB en principal)

MessageMer 08-12-2021, 12:28
Répondre en citant

Dompail a écrit:
Et à partir de quel moment s'interroge-t-on sur la validité d'une méthode qui permet au mieux de rester sur des niveaux très moyens ?!

C'est à la FFTA et ses instances techniques de se poser la question.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur 
DompailHors ligneniveau 3

MessageMer 08-12-2021, 13:49
Répondre en citant

Bigloof a écrit:
C'est à la FFTA et ses instances techniques de se poser la question.

Tu as probablement raison... Je ne suis qu'un des 57291 licenciés lambda de la FFTA et ne suis donc pas habilité à me poser cette question Very Happy
Mon rôle doit donc se limiter à payer tous les ans ma licence (au moins pour continuer à être assuré) et en aucun cas à douter d'une méthode d'enseignement qui a grandement fait ses preuves comme en témoigne tous les podiums nationaux et internationaux Rolling Eyes
Mon propos n'est pas à prendre comme une pierre dans le jardin de tous les bénévoles qui enseignent, gèrent et font vivre les clubs (j'en ai fait partie). Critiquer une méthode de façon factuelle ne revient pas à remettre en cause l'engagement et la générosité de ceux qui l'enseignent Wink
J'ai bien conscience que ce sujet n'intéresse pas grand monde. Je vais continuer à m'entrainer dans mon coin avec mes vidéos en anglais et m'offrirai probablement un jour ou l'autre un stage de quelques jours auprès d'un coach émérite Smile
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur 
Laurent Tiko
Rédacteur
Avatar
Age: 56
Arme(s): classique

MessageMer 08-12-2021, 14:17
Répondre en citant

Dompail a écrit:
Bigloof a écrit:
Je suis d'ailleurs surpris de constater qu'il n'y a pratiquement pas de tireur de haut niveau à l'étranger et même en France qui pratique selon la méthode fédérale reprise dans les ouvrages de la FFTA.

Et à partir de quel moment s'interroge-t-on sur la validité d'une méthode qui permet au mieux de rester sur des niveaux très moyens ?!

Jamais ! Laughing

Sérieusement ce n'est pas nouveau. Je pense qu'il y a des cadres qui ont la curiosité d'aller voir ce qui se fait ailleurs, qui voudraient aller un peu plus loin. Il y a aussi des chercheurs techniques comme notre J.Trouillet national... Des partenariats avec des employeurs pour assurer les fin de mois des athlètes...
Mais l'inertie - et la "grosse tête" - est difficile à combattre dans la fédé la plus peuplée au Monde, du fait aussi d'un fonctionnement plutôt démocratique: les stratégies de "rupture" ce sera compliqué ! Et voilà comment on se retrouve 8ème Nation médaillée aux JO avec 3 médailles sur les 135 distribuées en 50 ans...

Mais il faut respecter nos dirigeants qui s'efforcent tant bien que mal de faire du TAA un sport populaire avec des bénévoles - tout en utilisant du matériel coûteux et des coachs salariés ! Grand écart garanti... attention à la couture du pantalon ! Laughing

_________________
En Angleterre, tout est permis, sauf ce qui est interdit. En Allemagne, tout est interdit, sauf ce qui est permis. En France, tout est permis, même ce qui est interdit. En U.R.S.S., tout est interdit, même ce qui est permis (Winston Churchill)
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Visiter le site web du posteur
eugneHors ligneniveau 4
Age: 45
Arme(s): Classique

MessageSam 11-12-2021, 18:20
Répondre en citant

Pour revenir à la question initiale :

Une grande majorité d'entraîneurs (y compris de bonne réputation) ont une démarche visant à pousser le plus rapidement possible les archers vers l'autonomie (qui se limite souvent à "être capable de 1) monter son arc tout seul, 2) de tirer ses volées en respectant les principes de sécurité et 3) de savoir comment régler son viseur et/ou s'adapter aux variations de distances")

Depuis que j'ai passé mes diplômes, j'ai toujours regretté 1) que la capacité d'entraînement soit fortement orientée sur la première année de tir sans véritable suivi les années suivantes, 2) que les entraîneurs ne soient pas intégralement impliqués dans l'accompagnement de leurs apprenants pendant les compétitions et 3) qu'ils soient souvent obligés de sacrifier leur vie de famille ou leur propre entraînement d'archers pour pouvoir transmettre leur savoir

Pour les entraîneurs, la difficulté est de parvenir à concilier le versant "cadre" avec celui de "tireur" dans un volume horaire contraint
"Quelqu'un" m'a suggéré de créer une scission franche entre les 2, en considérant qu'un entraîneur devrait intervenir comme cadre dans une structure A, mais en étant licencié dans une structure B
Outre les aspects logistiques, cela signifie également un accompagnement des structures elles-mêmes au bénéfice des entraîneurs : une entente/convention entre les structures pour "partager" les entraîneurs, un effort financier (sur les cotisations, sur les frais de déplacement, etc), des initiatives communes pour la logistique de compétitions, etc...

Cela nécessite une réelle prise de conscience de tous les acteurs (fédérations, clubs/compagnies, archers, entraîneurs) et une remise en cause culturelle profonde sur les usages et manières d'envisager les choses

En complément, l'accompagnement des archers devrait également comporter une incitation à s'investir dans la charge d'entraîneur, ce qui permettra d'étendre le vivier et de soulager ceux qui, souvent, sont mis à contribution plus que nécessaire
C'est compliqué car les clubs et compagnies peinent à fidéliser leurs adhérents. Alors, faire en sorte que ces derniers s'impliquent plus...
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer l'e-mail 
DompailHors ligneniveau 3

MessageDim 12-12-2021, 14:28
Répondre en citant

eugne a écrit:
Une grande majorité d'entraîneurs (y compris de bonne réputation) ont une démarche visant à pousser le plus rapidement possible les archers vers l'autonomie (qui se limite souvent à "être capable de 1) monter son arc tout seul, 2) de tirer ses volées en respectant les principes de sécurité et 3) de savoir comment régler son viseur et/ou s'adapter aux variations de distances")

Depuis que j'ai passé mes diplômes, j'ai toujours regretté 1) que la capacité d'entraînement soit fortement orientée sur la première année de tir sans véritable suivi les années suivantes, 2) que les entraîneurs ne soient pas intégralement impliqués dans l'accompagnement de leurs apprenants pendant les compétitions et 3) qu'ils soient souvent obligés de sacrifier leur vie de famille ou leur propre entraînement d'archers pour pouvoir transmettre leur savoir

Merci d'avoir si bien résumé la situation Wink
Beaucoup d'entraineurs sont essentiellement des "initiateurs bénévoles". Après ce dégrossissage rapide, je garde le souvenir de l'un d'entre eux qui nous précisait "un archer, ça se démerde tout seul !" Very Happy
Mais quand on ne dispose que de deux créneaux horaires en salle par semaine dont un consacré à enseigner (à initier !), on comprend aisément qu'un bénévole puisse également souhaiter se préserver un peu de temps pour tirer.
D'autre part, passée la phase d'initiation où un débutant a tout de même acquis ce minimum d'autonomie précité, il lui faudra souvent des heures d'entrainement solitaire pour appliquer concrètement une simple directive. Plus explicitement, en travaillant sur les alignements (par exemple Rolling Eyes ), il faut 20 secondes pour remarquer qu'un archer à son coude de corde bien trop haut, quelques minutes pour lui donner quelques pistes théoriques de travail mais il lui faudra certainement tirer quelques centaines (ou quelques milliers) de flèches pour parvenir à y remédier... nul besoin d'un entraineur à demeure durant toute cette phase de travail. Le feed-back d'autres archers ou un simple miroir pourraient faire l'affaire pour l'essentiel. Mais à l'unique condition de disposer d'une solide et détaillée base de référence pour étayer la progression !
Je comprends bien que notre économie ne nous permet pas de mettre à disposition un entraineur de l'INSEP 4 heures par semaine dans tous les clubs et compagnies du territoire mais nous pourrions compter sur la FFTA pour au moins tenir à notre disposition de vraies vidéos et écrits de progression au lieu des quelques couillonnades actuelles destinées aux débutants (qui ont déjà un initiateur pour leur prodiguer les mêmes enseignements une fois par semaine sur un pas de tir !).
Disposer d'outils de progression !
Ce n'est pas la mer à boire au regard, par exemple, des dizaines d'heures de vidéos techniques présentées par Brady Ellison, Jake Kaminsky, Ashe Morgan, etc (et pas que sur le KSL)...
En attendant, comme le disait si bien mon ancien entraineur "un archer, ça se démerde tout seul" et ça doit impérativement comprendre l'anglais Very Happy
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur 
eugneHors ligneniveau 4
Age: 45
Arme(s): Classique

MessageDim 12-12-2021, 15:45
Répondre en citant

Dompail a écrit:

Beaucoup d'entraineurs sont essentiellement des "initiateurs bénévoles". Après ce dégrossissage rapide, je garde le souvenir de l'un d'entre eux qui nous précisait "un archer, ça se démerde tout seul !" Very Happy


Je m'inscris complètement en faux : le tir à l'arc est un sport technique et individuel, pour lequel il est absolument nécessaire de disposer d'un oeil extérieur et d'un accompagnement pour que les fondamentaux soient correctement maîtrisés

Dompail a écrit:

D'autre part, passée la phase d'initiation où un débutant a tout de même acquis ce minimum d'autonomie précité, il lui faudra souvent des heures d'entrainement solitaire pour appliquer concrètement une simple directive. Plus explicitement, en travaillant sur les alignements (par exemple Rolling Eyes ), il faut 20 secondes pour remarquer qu'un archer à son coude de corde bien trop haut, quelques minutes pour lui donner quelques pistes théoriques de travail mais il lui faudra certainement tirer quelques centaines (ou quelques milliers) de flèches pour parvenir à y remédier... nul besoin d'un entraineur à demeure durant toute cette phase de travail. Le feed-back d'autres archers ou un simple miroir pourraient faire l'affaire pour l'essentiel. Mais à l'unique condition de disposer d'une solide et détaillée base de référence pour étayer la progression !


Et c'est là le rôle essentiel de l'entraîneur dans l'accompagnement au cours de la progression de l'archer : observer, conseiller, évaluer, et recommencer le cycle
J'insiste sur le terme accompagnement car, à lui seul, il résume le besoin d'une présence régulière derrière et aux côtés de l'archer

Dompail a écrit:

Je comprends bien que notre économie ne nous permet pas de mettre à disposition un entraineur de l'INSEP 4 heures par semaine dans tous les clubs et compagnies du territoire (...)


Mon expérience m'a appris que le meilleur entraîneur pour un archer est celui qui parvient à comprendre les besoins de ce dernier, et à fournir l'accompagnement adapté et approprié en fonction
A titre personnel, j'ai besoin d'une observation régulière (à l'entraînement et en compétition) pour identifier les pistes de travail, d'un échange pour comparer les observations extérieures avec mes ressentis, de consignes concrètes et détaillées pour travailler les points soulevés et m'auto-évaluer lors de la (nécessaire) période de volume qui suit, et recommencer

Dompail a écrit:

(...) mais nous pourrions compter sur la FFTA pour au moins tenir à notre disposition de vraies vidéos et écrits de progression au lieu des quelques couillonnades actuelles destinées aux débutants (qui ont déjà un initiateur pour leur prodiguer les mêmes enseignements une fois par semaine sur un pas de tir !).
Disposer d'outils de progression !
Ce n'est pas la mer à boire au regard, par exemple, des dizaines d'heures de vidéos techniques présentées par Brady Ellison, Jake Kaminsky, Ashe Morgan, etc (et pas que sur le KSL)...
En attendant, comme le disait si bien mon ancien entraineur "un archer, ça se démerde tout seul" et ça doit impérativement comprendre l'anglais Very Happy


Les outils de progression proposés par la FFTA permettent de présenter les principes généraux
Ils ont au moins le mérite d'exister, de proposer des ressources simples (simplistes ?) et basiques en français

En France, il n'est pas simple de produire ce genre de contenus car il faut passer outre les critiques intuitu personae, disposer d'une certaine légitimité, accepter de s'exposer et gérer les histoires de droit à l'image (ce dernier point étant largement inexistant aux USA)
C'est un autre volet culturel profond qui ne trouvera pas facilement de solution, sauf éventuellement dans un premier temps à adjoindre aux vidéos d'Ellison, Kamisky, etc une version réellement traduite en français (et pas avec les sous-titres automatiques de Youtube)
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer l'e-mail 
jlonzeweb
Administrateur
Avatar
Age: 58
Arme(s): clavier-souris

MessageLun 13-12-2021, 10:42
Répondre en citant

eugne a écrit:
Dompail a écrit:

Beaucoup d'entraineurs sont essentiellement des "initiateurs bénévoles". Après ce dégrossissage rapide, je garde le souvenir de l'un d'entre eux qui nous précisait "un archer, ça se démerde tout seul !" Very Happy


Je m'inscris complètement en faux : le tir à l'arc est un sport technique et individuel, pour lequel il est absolument nécessaire de disposer d'un oeil extérieur et d'un accompagnement pour que les fondamentaux soient correctement maîtrisés



Je pense que Dompail faisait là une triste boutade car il conclut son post par : "un archer, ça se démerde tout seul et ça doit impérativement comprendre l'anglais " sous-entendu : il a besoin d'aide mais la seule qu'il trouvera est en anglais
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer l'e-mail 
k'weitHors ligneniveau 4
Avatar
Age: 43
Annecy
Arme(s): Classique

MessageMar 14-12-2021, 6:48
Répondre en citant

eugne a écrit:

Je m'inscris complètement en faux : le tir à l'arc est un sport technique et individuel, pour lequel il est absolument nécessaire de disposer d'un oeil extérieur et d'un accompagnement pour que les fondamentaux soient correctement maîtrisés

Total d'accord

eugne a écrit:

Depuis que j'ai passé mes diplômes, j'ai toujours regretté 1) que la capacité d'entraînement soit fortement orientée sur la première année de tir sans véritable suivi les années suivantes, 2) que les entraîneurs ne soient pas intégralement impliqués dans l'accompagnement de leurs apprenants pendant les compétitions et 3) qu'ils soient souvent obligés de sacrifier leur vie de famille ou leur propre entraînement d'archers pour pouvoir transmettre leur savoir

Je suis total d'accord aussi. En compétition débutants, j'étais souvent un des seuls entraîneurs avec mes archers. Il est clair que ça demande du temps et des collisions avec la vie familiale car si dans le même WE, on entraîne et on tire

eugne a écrit:

Et c'est là le rôle essentiel de l'entraîneur dans l'accompagnement au cours de la progression de l'archer : observer, conseiller, évaluer, et recommencer le cycle
J'insiste sur le terme accompagnement car, à lui seul, il résume le besoin d'une présence régulière derrière et aux côtés de l'archer

Pareil, d'accord Smile

eugne a écrit:

Mon expérience m'a appris que le meilleur entraîneur pour un archer est celui qui parvient à comprendre les besoins de ce dernier, et à fournir l'accompagnement adapté et approprié en fonction

Un dialogue entre l'archer et l'entraîneur et une adaptation constante des 2 côtés
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur 
InsydHors ligneniveau 4
Avatar
Age: 37
Arme(s): Arc classique + arc pouli

MessageMar 14-12-2021, 9:07
Répondre en citant

En tant qu'entraineur de mon club et tireur à l'arc en compétition je vois souvent sur les pas de tir toute sorte de niveau, du débutant et du non débutant.
La question est de savoir faut t'il obligatoirement avoir un certain niveau donc faire un minumum de point pour faire une compétition ?
Je pense et ce n'est que mon avis, qu'un débutant doit apprendre a gerer une compétition. Le stress que ça peut engendrer, l'arbitrage, le comptage de point etc. Pour mes élèves la compétition c'est vraiment quelques chose qui rentre dans le cadre de l'apprentissage.
Alors certes je n'envoie pas mes élèves a des compétitions qui sont au dessus de leur niveau mais j'invite tout mes archers qui en ont le désir et l'objectif à faire l'expérience de la compétition au moins une fois la première année.
Et je les observes, souvent de loin parce que je tir aussi et leur fait faire un débrief pendant cours d'après, sur leur ressenti, sur les defaut que j'ai pu voir etc... Et leur resultat me donne une base de travail. Et je leur demande a chaque compétition auquel il participe de se préparer pour au moins réaliser un score plus élevé. Même si ce n'est que d'un ou deux points.
Alors il peut arriver que ce soit un mauvais jour et que ça ne rentre pas (ça arrive à tout le monde) mais apprendre de ses erreures à ce moment là.
Dans tout les apprentissages l'erreur et l'echec sont de grand formateur.
C'est pour ça que j'inclue rapidement dans l'apprentissage l'analyse de tir. Savoir pourquoi une flèche n'est pas arrivé là où elle devait. Une fois que analyser l'archer arrive a travailler un moment seul et si ça ne fonctionne pas j'ai toujours un oeil dessus pour l'aider.

Si on reserve la compétition uniquement pour les archers capable de réaliser un certain nombre de point je pense qu'on aura encore moins d'archers et un niveau encore plus moyen.
J'ai des archers qui sont très très bon à l'entrainement qui font des passages de flèches a plus de 320pts, qui font du tir à 18m sur blason de 40 et qui font des scores autour de 500 mais qui dès qu'ils arrivent en compétition on des résultat en chute libre (autour des 100 pts) et d'autre qui ont des résultats plus moyen et qui se débrouille très bien en compétition. Donc pour moi cette histoire de niveau moyen il faut savoir c'est par rapport a qui à quoi. Est ce que c'est par rapport au niveau ? Est ce que les archers lambda d'autre pays ont un niveau supérieur au notre ? Est ce qu'on doit faire du tir à l'arc que pour faire du champion ou alors ça reste du loisir ? N'y a t'il pas un juste milieu ?

J'ai eu des élèves qui en 1 an on réussi à faire leur cotas pour les championnats de France et d'autre qui au bout de 4/5 ans galère encore a passer leur flèches a 40m. Est ce que je dois les délaisser pour ne m'interesser qu'a ceux qui peuvent ramener des médailles ?
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur 
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Integralsport - Le forum du tir à l'arc depuis 2001 Index du Forum -> Les archers Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page 1, 2  Suivante
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers
Vous ne pouvez pas télécharger des fichiers


Propulsé par phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com